Comment cesser de boire en pleine pandémie

Comment arrêter de boire en pleine pandémie

Écrit par Karim M'sallem

28 juin 2021

Jour après jour, on a des mises à jour sur le nombre de cas de gens infectés, sur le nombre de morts, sur des nouvelles mesures, on se fait dire que ça va bien aller, on se demande s’il va y avoir une troisième vague de fous furieux qui achètent du papier de toilette en masse parce qu’il sont au bout du rouleau. On se demande comment arrêter de boire en pleine pandémie.

On vit un stress, un peu tout le temps. Un stress d’être malade ou d’infecter malgré nous un de nos proches. On se fait dire de faire de la distanciation sociale, d’être en quarantaine, de respecter le couvre-feu. Tu es peut-être en deuil, tu as peut-être perdu ton emploi, ta garderie, tu te sens seul… On n’est pas fait pour être seul, un peu tout le temps.

Ce n’est pas une période facile et ce peut l’être encore moins lorsque tu es en train de te rétablir de ta dépendance. On s’entend que de gérer une sobriété c’est déjà un bon challenge, ce n’était pas nécessaire qu’une maladie venant d’une chauve-souris à des milliers de kilomètres vienne te causer un stress supplémentaire et affecter tous les services autour de toi.

Le but du présent article est de t’aider à surfer sur ce tsunami qu’est la covid-19 afin de poursuivre tes objectifs et te rapprocher de la personne que tu aspires être toute ta vie.

Souviens-toi pourquoi tu as décidé d’arrêter de boire

C’est sur que ça peut être décourageant par moment, voir que tout ferme sauf la SAQ et la SQDC. Peut-être que toi, c’est la cyber ta dépendance ou le magasinage en ligne. Peu importe, rappelle-toi pourquoi tu as décidé d’apporter des changements dans ta vie.

Lorsque tu as décidé de cesser de tourner en rond dans cette roue pleine de culpabilité, de belles choses se sont produites. Fais-toi une liste de ces petites choses/stress/conséquences que tu ne voulais plus vivre, mais surtout, dresse-toi une liste des gens et des choses assez importantes pour toi dans ta nouvelle vie pour poursuivre ton but.

C’est qui la personne que tu aspires devenir? Qu’est-ce que tu la vois faire, pourquoi c’est si important pour toi qu’elle fasse ces choses-là? Les obstacles que ta tête t’emmènent sont-ils vraiment infranchissables? Qui peut t’aider?

J’imagine que depuis que tu es en action, ta santé s’est améliorée, de la confiance à ton égard s’est rebâtie, tu as peut-être des relations plus significatives avec tes proches. Bravo pour ça, cette fierté t’appartient, et ce n’est pas une pandémie qui va te l’enlever.

Si tu as tendance à l’oublier, mets toi un petit post-it sur ton frigo avec ces belles raisons qui te poussent à continuer et arrêter de boire en pleine pandémie. 

Créer une routine aider à arrêter de boire en pandémie

Que ce soit pour arrêter de boire en pleine pandémie mondiale ou non, une routine et une structure dans la vie est une des choses les plus importantes pour diminuer l’anxiété et avoir un sentiment d’accomplissement. Ce n’est pas compliqué, on a besoin de s’avoir où est-ce qu’on s’en va et ce qui s’en vient.

Toutefois, en temps de covid, notre routine a subi une belle claque au visage. Bien des choses ont changées et certains se voient forcés de cesser de travailler au bureau, les enfants sont à la maison, etc. Il est primordial que tu prennes une posture de leadership et que tu planches au comptoir pour redessiner ta routine selon les éléments sur lesquels tu as du contrôle.

Rends cela simple, accessible, à ton goût et inscrit le tout dans un agenda papier ou celui de ton téléphone portable. Voici quelques idées ;

  • L’heure à laquelle tu te lèves et te couches tous les jours ;
  • Tâches ménagères à accomplir aujourd’hui ;
  • Exercice physique, marche, yoga ;
  • Préparation de repas ;
  • Méditation ;
  • Loisir (guitare, lecture, film, peindre, photo) ;
  • Thérapie en ligne ;
  • Formation en ligne.

L’important est d’avoir un semblant de structure et un but à ta journée. Ne t’en mets pas trop sur les épaules et rend cela concret pour toi. Si tu as besoin de plus de structure, écris-toi les heures. Sois consistant et persévérant. Pourquoi ne te ferais-tu pas un bilan à la fin de la journée pour observer ce que tu as accompli?

C’est la distanciation physique qui est recommandée, pas affective

Le gouvernement et la santé publique nous parlent de distanciation physique, sociale, d’être loin les uns des autres. Bien que ces mesures aient leur importance dans ce contexte exceptionnel, c’est réellement contre la nature humaine. On a tous besoin de relations.

Tu dois absolument te donner la discipline, même si ce n’est pas toujours facile, d’entrer en contact avec les gens qui ont de l’importance pour toi. Que ce soit un appel, une vidéo, un texto, peu importe. La distance est physique, mais pas affective.

Si tu te sens très isolé, seul et que tu ne te sens pas prêt à correspondre avec un de tes proches pour diverses raisons, n’hésite pas à entrer en contact avec certaines ressources gouvernementales ou communautaires de ta région pour obtenir de l’aide. Au Québec, le CLSC de ta région saura te guider à la bonne place. 

Découvre des passe-temps!

Pour arrêter de boire en pleine pandémie, il faut trouver des passe-temps. On a beau regarder tout ce qui va mal, on peut bien s’avouer que ce temps qui ralenti est une chance unique de développer de nouveaux intérêts et peut-être passions! 

Deux choses risquent de se produire ; 1) tu vas vivre un sentiment d’accomplissement tout en trouvant tes journées plus stimulantes ; 2) tu vas passer moins de temps dans ta tête à jongler ou non avec cette envie de consommer. Les envies de consommer sont normales, des déclencheurs de «cravings» il y en a partout! On les observe, on les accepte. Chose certaine, si tu es un peu distrait dans des activités qui te stimulent, elles seront moins présentes. 

Voici quelques idées:

  • Apprendre à jouer de la musique! Sors ta vieille guitare, ton clavier, ton harmonica et mets ça à ton horaire!
  • Découvre de nouvelles recettes et fais-toi un petit livre personnalisé que tu pourrais remettre à tes proches.
  • Youtube a une infinité d’idées de projets de rénovation ou d’hobbies à te partager. Tu cherches à apprendre à faire quelque chose? Il y a quelqu’un qui a fait une vidéo pour te montrer comment!
  • Fais un cours à distance en ligne. La Teluq offre beaucoup de programmes.
  • Pars-toi un blog sur le web.

Prends ton temps et laisse-toi la chance de ne pas trouver cela facile. C’est toi qui contrôle la barre et qui navigue dans ces vagues, choisi la direction qui t’apparaît être la meilleure !

Pour apprendre comment arrêter de boire en pandémie, il faut aller sur des groupes virtuels

Les services psychologiques et les groupes de thérapies ont eu la vie dure durant la pandémie. Bien qu’il soit parfois difficile d’avoir un suivi avec un professionnel ou de faire des groupes en présentiel, plusieurs options restent disponibles!

Les groupes sont souvent importants lors d’une démarche en dépendance, surtout si tu es un(e) adepte des 12 étapes. Ils permettent de briser l’isolement, de communiquer un vécu, d’offrir de l’entraide et suscite la motivation. Ils peuvent être une bonne porte d’entrée pour apprendre comment arrêter de boire en plein pandémie.

Plusieurs groupes sont encore disponible en virtuel :

Je t’invite à vérifier au CLSC le plus près de chez toi afin de savoir si le centre de réadaptation en dépendance de ta région offre des groupes en ligne. Également, savais-tu que tu pouvais contacter Drogue-aide-référence ou Jeu-aide-référence 24/7 pour avoir un soutien par téléphone ou clavardage?

La pandémie est temporaire.

Ça fait déjà 1 an que l’on baigne dans ce mauvais film où nos habitudes et repères ont été chamboulés. Peut-être que toi c’était le gym ou le yoga en groupe ton moyen de persister dans tes objectifs d’arrêter de boire. Ça demande effectivement beaucoup d’ajustement de toutes parts.

L’adversité que tu traverses présentement en lien avec les contraintes reliées à la covid-19 va te rendre plus fort une fois que les choses reviendront à la normale. C’est un peu comme un camp d’entraînement forcé où tu dois constamment trouver de nouvelles alternatives pour t’en sortir et tenir bon! Tu développes des compétences, tu sors de ta zone de confort, tu trouves de nouveaux moyens pour t’apaiser, tu apprends à ralentir, etc.

On entend souvent des gens dire avoir envie de revenir à la «vraie vie». Je t’emmène à voir cela pour ce que c’est, une crise passagère, mais qu’à tous les jours il y a de la beauté, des hauts, des bas et que malgré les nuages gris, tu l’as vis, la vraie vie.

Articles récents