Êtes-vous accro à Internet?

Êtes-vous accro à Internet?

Écrit par Valérie Desjardins

13 août 2021

Avez-vous l’impression que vous passez trop de temps sur Internet? Que vous être accro à Internet? Que vous ne pouvez plus vous en passer? Avez-vous l’impression que vous passez trop de temps devant des jeux vidéos? Est-ce que les autres vous disent que vous êtes accro? Avez-vous observé des changements dans votre vie à cause de l’utilisation d’Internet? Dormez-vous moins bien? Sautez-vous des repas? Évitez-vous des situations sociales? Êtes-vous moins efficace au travail, à l’école? Êtes-vous plus irritable? Anxieux? Déprimé?

ÊTRE ACCRO À INTERNET,  C’EST QUOI?

Être accro à Internet, ça a un terme bien précis qui se nomme « Cyberdépendance ». La cyberdépendance réfère à une utilisation problématique d’Internet et des nouvelles technologies comme étant «une utilisation des technologies ou des moyens de communication offerts par Internet qui engendre des difficultés chez l’individu» (Sergerie, 2005).

COMMENT LA CYBERDÉPENDANCE S’INSTALLE

Être accro à Internet, ça ne se fait pas du jour au lendemain. La cyberdépendance, ça s’installe tranquillement et insidieusement. Au début, on fait usage d’Internet dans un but récréatif et avec le temps, on peut devenir dépendant. C’est le même phénomène qu’avec la consommation d’alcool, de drogues ou de jeux pathologiques. Quelque chose se passe au point de vue bio (cerveau) psycho (état d’esprit) social (contexte / environnement). Autrement dit, quand vous vivez une situation X qui engendre des émotions difficiles, votre cerveau se met à la recherche d’une solution. Vous pourriez avoir le réflexe de consulter vos réseaux sociaux, par exemple. Ce qui à court terme pourrait apaiser vos émotions difficiles. À ce moment-ci, votre cerveau libère de la dopamine, ce qui vous fait croire que vous vous sentez mieux. Votre cerveau enregistre cette information et comprend que dorénavant, quand vous vivez quelque chose de difficile, vous n’avez qu’à vous tourner vers les réseaux sociaux pour vous apaiser. Mais on s’entend, les réseaux sociaux ne règlent pas tout à fait vos problèmes?

COMMENT SAVOIR SI J’AI UNE CYBERDÉPENDANCE

Plusieurs personnes ont l’impression d’être accros à Internet. À vrai dire, c’est quasiment impossible de nos jours de ne pas faire usage d’Internet. Internet nous donne accès à des milliers de ressources qui ne sont pas négligeables. En effet, sur Internet, nous pouvons entrer en relation avec les autres, nous pouvons apprendre de nouvelles choses, de pouvons faire carrière, nous pouvons développer de nouvelles habiletés, etc. Mais comment faire la différence entre une utilisation qu’on pourrait qualifier de saine d’une utilisation qu’on pourrait qualifier de dépendante? Selon le DSM-5, soit le manuel diagnostique sur les troubles de santé mentale, la cyberdépendance est présente lorsqu’il y a une utilisation persistante et récurrente qui entraine une souffrance cliniquement significative ou une altération du fonctionnement. Voici les symptômes possibles :

  • des préoccupations à l’égard de son utilisation (anticipation des prochaines sessions en ligne ou préoccupations à propos des sessions antérieures);
  • un état de manque (ou sevrage) qui se caractérise par une humeur dysphorique, de l’anxiété, de l’irritabilité, de la colère, de la tristesse ou de l’ennui lorsque l’accessibilité est impossible;
  • de la tolérance (p. ex. accroitre la durée d’utilisation);
  • des tentatives infructueuses pour réduire, contrôler ou cesser l’utilisation;
  • une perte d’intérêt ou une réduction des activités, passetemps ou divertissements hors ligne;
  • le maintien d’une utilisation excessive en dépit des problèmes psychosociaux associés à l’utilisation;
  • des mensonges envers la famille, le thérapeute, l’entourage ou autres à propos du temps passé en ligne;
  • l’utilisation pour échapper aux difficultés ou pour soulager une humeur dysphorique (p. ex. sentiment d’impuissance, culpabilité, anxiété);
  • des conséquences en raison de son utilisation (p. ex. perte de relations significatives, perte d’emploi ou d’occasions d’emploi, de carrière ou d’études).

COMBIEN DE TEMPS JE DEVRAIS PASSER SUR INTERNET POUR NE PAS ÊTRE ACCRO À INTERNET?

On pourrait croire qu’il y a un temps préétablie à ne pas dépasser lorsqu’on fait usage d’Internet pour ne pas devenir accro à Internet. Cependant, il n’y a aucun barème de temps qui puisse définir si vous êtes accro à Internet ou non. Si on pense à la place qu’a prise le télétravail depuis le début de la pandémie, certaines personnes peuvent passer 35h, 40h, 70h sur Internet, sans pour autant avoir une cyberdépendance. Lorsqu’une personne utilise Internet à des fins utilitaires (travail, cours en ligne, entretien de relation sociale, etc.) et qu’aucune conséquence n’y est associée, elle n’est pas accro à Internet.

EST-CE QUE LA PANDÉMIE A PU ME RENDRE ACCRO À INTERNET?

Oui et non. Il est possible de croire que la pandémie ait pu augmenter le temps d’utilisation d’Internet des personnes. Que ce soit pour maintenir les contacts sociaux et pour se divertir un peu, rares sont les personnes qui n’ont pas eu besoin d’Internet pour répondre à ces besoins. Est-ce que ces personnes sont devenues accros à Internet pour autant? Peut-être pas. La pandémie est une période difficile, mais temporaire. Elle ne devrait pas durer dans le temps. Ce qui devrait aussi dire que l’augmentation de votre utilisation d’Internet ne devrait pas durer dans le temps. Elle devrait être provisoire et temporaire et ne devrait pas vous rendre accro à Internet. Par contre, si depuis le déconfinement, votre utilisation d’Internet ne diminue pas et entraine des conséquences dans votre vie, vous pouvez vous en préoccuper et mettre en place des moyens pour remédier à la situation.

QUOI FAIRE SI JE SUIS ACCRO À INTERNET?

APPRENDRE À S’OBSERVER.

L’observation de soi, c’est la base de tout changement. Autrement dit, si vous voulez changer vos habitudes d’utilisation d’Internet, vous devrez prendre conscience de votre comportement. La prise de conscience, c’est un processus, ça ne se fait pas en un claquement de doigts. Vous devrez apprendre à observer ce qui se passe à l’extérieur de vous et à l’intérieur de vous. Non seulement vous devrez calculer la fréquence (combien de fois par semaine), l’intensité (combien de temps par occasion) et le moment de la journée, mais vous devrez aussi vous connecter à vos émotions, à vos sensations et à vos pensées. Qu’est-ce qui vous amène vers l’utilisation d’Internet et qu’est-ce qui vous tient accroché?

LE POUVOIR DE FAIRE UN CHOIX.

Même si la prise de conscience est un processus continu dans le temps, quand vous aurez mieux compris les raisons de votre cyberdépendance, vous pourrez enfin faire des choix. Quand vous vivez du stress, vous pourriez avoir envie d’ouvrir Facebook. Vous pourriez aussi choisir de faire des techniques de respiration, même si cela vous sort de votre zone de confort. C’est vous qui guidez vos actions.

RÉPONDRE À VOS BESOINS DE BASE.

Être accro à Internet peut faire en sorte que vous négligez certains de vos besoins de base (manger, dormir, boire de l’eau, se laver, s’activer). Si vous voulez changer des habitudes, vous allez avoir besoin d’énergie. Cette énergie, vous la retrouverez en répondant à ces besoins.

INSTAURER UNE ROUTINE.

Peut-être avez-vous perdu vos repères depuis que vous êtes accro à Internet. Remettez en place vos repères, peu importe ce qu’ils étaient. Dans les repères on entend :

  • Heure du coucher, heure du lever;
  • Prendre une douche;
  • Manger trois repas par jour;
  • Activer son corps (marche, entrainement, sports d’équipe, etc.);
  • Retourner au travail, à l’école;
  • Reprendre contact avec des personnes importantes pour soi;
  • Etc.

METTRE DES LIMITES.

Considérant que l’utilisation d’Internet est inévitable de nos jours, on ne peut pas s’en départir et mettre un X dessus comme on peut le faire avec une dépendance à l’alcool, aux drogues ou aux jeux pathologiques. Il sera donc de votre responsabilité d’estimer votre utilisation : faites-vous un usage utilitaire ou un usage récréatif? S’il s’agit d’un usage récréatif, mettez-vous une alarme vous indiquant quand vous devrez vous arrêter.

DEMANDER DE L’AIDE.

Au même titre que les autres dépendances, rester seul n’est pas recommandé. Entourez-vous de personnes positives pour vous accompagnez et vous soutenir dans votre démarche. Plusieurs personnes aux prises avec une cyberdépendance hésitent à demander de l’aide en croyant que leur problème n’est pas « aussi grave » qu’une autre dépendance. C’est faux. La souffrance est autant significative.

VOICI LES RESSOURCES D’AIDE:

 

Vous aimerez peut-être

0 commentaires

Trackbacks/Pingbacks

  1. Comment se fixer un objectif SMART en 2021 - Clinique Addiction - […] par la chose qui nous dérange le plus. Par exemple, si tu veux cesser de passer tes soirées sur…

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *