parler de dépendance avec

Comment parler de dépendance avec sa famille

Écrit par Jonathan Dupuis

21 janvier 2022

Des millions de personnes souffrent de dépendance à travers le monde. Même si au début la consommation était pour le plaisir, la dépendance s’installe très souvent insidieusement. Avec le temps, la consommation prend de plus en plus de place jusqu’à ce qu’elle devienne la seule solution efficace à court terme pour gérer le quotidien. Cela étant, parler de dépendance de façon générale comporte son lot de défis et plus particulièrement lorsqu’on en parle à sa famille. Souvent, admettre un problème de consommation à ses proches est l’une des étapes les plus difficiles pour une personne avec un problème de dépendance.

Pour parler de dépendance, il faut admettre avoir des difficultés

La première étape avant d’en parler à sa famille est d’admettre soi-même avoir un problème. Cela ne fait pas de quelqu’un une personne inférieure ou moindre. La dépendance c’est une tentative de résoudre les problèmes de la vie avec une solution efficace, mais seulement à court terme. Il y a plusieurs signes dans le quotidien qui indiquent la présence d’un problème de dépendance.

  • La consommation est présente pour gérer les situations du quotidien.
  • Une partie importante des finances est consacrée à la consommation. Que ce soit pour en trouver ou pour en consommer.
  • Il y a une distance qui s’agrandit avec les amis et la famille. Parfois, l’entourage s’est lui-même éloigné à cause de la consommation.
  • Absence à différents évènements sociaux à cause de la consommation
  • L’impression de faire face à un obstacle infranchissable quand vient à réfléchir à changer ses habitudes de consommation
  • Plusieurs tentatives de diminuer ou même d’arrêter complètement. Il se peut que ses tentatives ont fonctionné, mais cela à rarement durer dans le temps
  • Avoir des démêlés avec la justice
  • Les centres d’intérêt ont laissé place à la consommation

Faire preuve de franchise quand on parle de dépendance avec ses proches

Les gens cherchent trop souvent à trouver LA BONNE façon d’en parler avec sa famille ou le meilleur moment pour le faire. Et bien, il n’y a pas de façons ou de moments parfaits pour le faire, mais bien des meilleures façons pour le faire.

Faire preuve de franchise avec la famille permettra de mettre les cartes sur table pour que tous vos proches soient en mesure de comprendre l’ampleur de la situation. Parler à sa famille pour se sortir de l’isolement vécu à cause de la dépendance est probablement paralysant, mais chose certaine, avec le temps le silence derrière la dépendance tue.

La franchise est la première étape pour se mettre sur le chemin du changement. Peu importe, les réactions des proches peuvent avoir, il faut le faire pour soi et en être fier. Combien de personnes ne parlent pas de leurs symptômes anxieux ou de leurs symptômes dépressifs? Chose certaine, avec le temps, le silence derrière la dépendance et la santé mentale fait des ravages.

Accepter sa part de responsabilité si on parle de dépendance avec sa famille

C’est essentiel d’accepter sa part de responsabilité dans la situation. Bien que contrairement à ce que beaucoup trop de personnes croient encore aujourd’hui, la dépendance n’est pas un choix. Beaucoup de facteurs ont fait en sorte qu’aujourd’hui la consommation est utilisée comme solution universelle au quotidien. Peut-être que l’entourage ne comprendra pas, mais avec le temps et de l’éducation sur la problématique, cela risque de changer pour le mieux avec le temps.

Fort probable que les gens de l’entourage ont subi, directement ou indirectement, des conséquences de la consommation. Il faut accepter comment chacun vit ces conséquences. Même si parfois beaucoup de choses externes à soi ont contribué au développement de la dépendance. Un trauma, la présence de dépendance dans la famille, l’exposition à la violence ou même la valorisation de la consommation dans la société en sont de bons exemples. Malgré tout, il faut être en mesure d’accepter que les actions posées durant une période active de consommation, la personne en est responsable à 100 %. La même chose est vraie lorsqu’on veut effectuer un changement, nous sommes 100 % responsables des actions que l’on pose pour aller mieux.

Chercher de l’aide après avoir parlé de dépendance avec sa famille

Demander de l’aide. Beaucoup ont tenté à plusieurs reprises de diminuer ou de cesser par soi-même. Cela a peut-être fonctionné pendant plusieurs jours, plusieurs semaines ou même parfois pendant plusieurs mois. Mais, la rechute est arrivée subitement (ou pas). La rechute n’arrive jamais subitement, il faut simplement savoir comment observer les signes. Raison de plus de demander de l’aide. Tu peux aussi lire cet article pour t’aider en lien avec la rechute.

La dépendance ne devrait pas être une étiquette finale et ne fait pas de quelqu’un une personne moindre ou faible. Il faut au contraire faire preuve de beaucoup de courage pour avouer un problème, quel qu’il soit.

Faire face à la dépendance peut donner le vertige :

  • Qu’est-ce qui va remplacer la consommation?
  • Comment je vais gérer mon temps autrement?
  • Qu’est-ce que je vais faire dans les soirées?

Les milliers de questions sont tout à fait normales, mais il faut y aller une chose à la fois. Il faut commencer par voir quel(s) service(s) sont bons pour ta situation présentement. Parler à son médecin peut aider pour gérer les inconforts et les symptômes de sevrage. Il est parfois même incontournable de le faire puisqu’il y a des sevrages de substance qui peuvent être mortels.

Parler de dépendance avec mes collègues ou non?

Rien n’oblige à parler de sa situation à ses collègues. Ce qui est important dans une démarche de changement en dépendance est de ne pas rester seul. S’il faut manquer des jours de travail à cause de différentes démarches, parler à son médecin pour avoir un billet médical est une bonne solution. Vous pouvez parler de la situation à votre employeur sans entrer dans tous les détails. Vous pouvez expliquer que suite à des discussions avec votre médecin vous avez besoin de temps pour prendre soin de vous et régler certaines difficultés. Si c’est votre cas, vous pouvez parler de l’importance que votre travail a pour vous et que vous effectuez ces démarches pour mieux revenir.

Parler de dépendance avec ses enfants

Parler de dépendance à des enfants est souvent compliqué. Selon l’âge des enfants, il est important de les rassurer. Si on doit quitter la maison pour un séjour en thérapie, il est possible de leur expliquer différemment. Et ici il ne faut pas mal interpréter la situation. Je décourage fortement de mentir aux enfants sur votre situation.

  • Il faut valider les émotions que les enfants vivent.
  • Il est possible de parler de dépendance, surtout en expliquant qu’ils ne sont pas responsables
  • Il faut également les rassurer qu’ils n’aient rien pu faire pour prévenir la situation
  • Avec des adolescents, il est important d’être le plus transparent possible pour éviter les fausses interprétations
  • Il peut y avoir beaucoup de colère ou de ressentiment. Il est important de valider les émotions et d’être à l’écoute.

Vous aimerez peut-être

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.