la rechute

La rechute en 3 étapes et comment la prévenir

Écrit par Karim M'sallem

14 janvier 2022

Savais-tu que la rechute se déroule en 3 étapes et qu’il est possible de la voir venir à des kilomètres à la ronde ? On peut parfois avoir l’impression que c’est quelque chose qui est juste arrivé du jour au lendemain, mais vous allez voir que c’est beaucoup plus subtil que cela. D’ailleurs, la rechute est normale et fait partie du processus et il y a des stratégies efficaces pour s’en relever!

Première étape : la rechute émotionnelle 

La première étape est la rechute émotionnelle. Cette étape est insidieuse, mais également celle sur laquelle vous avez le plus de pouvoir! Ce qu’il faut avoir en tête dans la rechute émotionnelle c’est la diminution de la capacité à prendre soin de soi. La lune de miel des débuts de la sobriété lorsque vous avez repris votre vie en main se dissipe un peu et la discipline diminue.

Détrompez-vous, ce n’est pas une étape où vous pensez ou planifiez de consommer. Vous avez encore en tête la consommation comme quelque chose à ne pas répéter, mais certains signes vous emmènent vers la rechute :

  1. Vous vous isolez davantage;
  2. Vous gardez vos émotions à l’intérieur (vous ne les nommez pas et accumulez);
  3. Vous n’allez plus dans vos meeting ou vous ne partagez plus dans vos groupes;
  4. Vous ne faites plus appel à votre réseau de soutien lorsque vous vivez une difficulté;
  5. Vous portez votre attention sur les problèmes des autres plutôt que votre cheminement;
  6. Vous mangez moins bien et dormez moins bien.

Ce que tu dois faire :

Comme tout le monde, dans cette étape de la rechute, tu vas te dire que tout est correct et que tu es sobre et qu’il n’y a pas de raison de mettre cela en doute ! Mais c’est insidieux cette subtile diminution de ta capacité à prendre soin de toi.  Prendre soin de soi c’est physiquement, émotionnellement et psychologiquement. Voilà pourquoi il est important d’aiguiser notre sens de l’observation de soi et de ne pas être dans l’évitement de nos pensées ainsi que nos émotions. 

Pose-toi les questions suivantes : suis-je fatigué, est-ce que je vis de l’irritabilité/colère, est-ce que j’ai faim, est-ce que je me sens seul, suis-je anxieux? Si tu réponds oui à une de ces questions, c’est que tu dois passer à l’action.. C’est quand la dernière fois que tu as eu du plaisir? Que fais-tu pour te divertir? Est-ce que tu es fatigué ou tu te reposes bien? Prends action dans ton hygiène de vie en bougeant, dormant bien et mangeant mieux. Ce n’est pas compliqué, il faut du gaz dans ton char!

Progressivement, si ces éléments de rechute émotionnelle ne sont pas pris en compte, on passe à l’étape de la rechute mentale. 

Pourquoi? 

Quand tu «ne prends pas soin» de ton sommeil, ta faim, tes émotions négatives et que tu t’isoles pendant une période prolongée, l’anxiété augmente, tu es épuisée, la tension grandit et naturellement, tu rechercheras une échappatoire : l’évitement via la consommation. Crois-tu qu’il est possible de freiner les étapes de la rechute si ton mode de vie n’est plus sain?

Deuxième étape : la rechute mentale

La deuxième étape est la rechute mentale. Ça y est, les pensées de consommer refont surface. C’est ce tiraillement, cette guerre entre le bien et le mal, cette lutte épuisante avec les envies de consommer. Votre tête vous motive chimiquement à aller consommer, une partie de vous en a envie, mais l’autre sait qu’il ne faut pas. Les vagues sont plus fortes qu’à l’habitude et c’est le moment de sortir ses outils pour surfer la vague.

Voici les signes à repérer :

  1. Tu penses à consommer ;
  2. Tu penses à des personnes, des lieux et des bons moments associés à la consommation
  3. Tu minimises les conséquences passées de la consommation ou tu glorifies certains souvenirs;
  4. Tu négocies l’idée (tu te dis par exemple, «juste au jour de l’an…» «juste une fois»);
  5. Tu commences à mentir;
  6. Tu commences à penser au scénario qu’une consommation plus contrôlée est possible;
  7. Tu cherches les opportunitées de rechutes;
  8. Tu planifies ta rechute.

Ce que tu dois faire :

À ce stade-ci, il est important d’éviter les situations à risque. Dans cette deuxième étape de la rechute, ce n’est pas le meilleur moment d’aller dans un party, disons ou de faire exprès d’aller voir de connaissances que tu sais qui vont consommer devant toi. Ce n’est pas une faiblesse, au contraire c’est prendre soin de toi. 

« il faut être extrêmement fort pour s’avouer vulnérable»

C’est justement de faire des choix en pleine conscience en cohérence avec ce que tu vis et ce qui est important pour toi. Il faut que tu révises tes objectifs, ce qui a changé dans tes comportements dans les derniers temps (rechute émotionnelle) et que tu t’impliques dans tes groupes ou que tu en parles à tes proches. On t’invite à accueillir ces envies avec un peu de compassion envers toi-même, car c’est normal au final  que ta tête te «propose des envies de consommer» quand tu vas moins bien. Recentre-toi sur ce qui est important pour toi.

Évidemment que parfois, dans ta sobriété, l’idée de consommer te traverse l’esprit. Ne te tape pas sur la tête pour autant ! Tu ne peux pas effacer ta mémoire. Mais tel qu’expliqué dans notre ebook, il y a des stratégies pour accueillir ces pensées et les laisser aller. Il est encore temps de freiner les étapes de la rechute.

Troisième étape : la rechute physique

La rechute physique ce n’est pas sorcier, c’est littéralement le retour à une consommation régulière associée à une perte de contrôle. N’oubliez pas qu’il y a une différence entre une «chute» et une «rechute». Toutefois, on observe souvent qu’une simple «chute», lorsqu’elle n’est pas encadrée, emmène une rechute mentale très forte. C’est-à-dire qu’il y a une très forte augmentation des cravings. En d’autres mots, quand tu retouches la consommation une fois, ta tête part en fou et t’emmène davantage d’envies de consommer! C’est normal ça aussi ! Lorsqu’on retouche à l’objet de notre dépendance et qu’on se dit «juste une fois», l’obsession tout comme l’évitement de l’anxiété est récompensée et cela revient très fort et souvent obsessionnel par la suite. Un circuit neurologique appelé circuit de la récompense se réactive et c’est difficile de faire face à ce déséquilibre.

Ce que tu dois faire :

À ce stade, on retrousse ses manches et on va chercher de l’aide. C’est la dernière étape de la rechute. Qu’est-ce qui marche pour toi ? Que ce soit dans un groupe privé, dans ta communauté ou chez un professionnel, tu dois passer à l’action. Souvent les «rechutes» se produisent lorsque quelqu’un est persuadé qu’il ne se fera pas prendre. As-tu déjà vécu ce moment ?  Il faut être honnête, identifier ces moments où vous savez que vous risquez d’être le plus fragile. Prévenir une rechute n’est pas seulement de dire NON à la dernière minute. C’est un nouveau mode de vie plus équilibrée à maintenir sinon les tensions et les émotions plus difficiles augmentent progressivement en nous et on est de plus en plus à risque.

Et toi, est-ce que tu te reconnais dans ces étapes de la rechute? Qu’est-ce qui t’a aidé à te relever de ta dernière? L’important c’est de tout mettre en place pour cesser de nouveau. Il est complètement faux de se dire qu’il faut toujours toucher le fond !

Vous aimerez peut-être

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *