Le beau temps me donne envie de consommer

Le beau temps me donne envie de consommer

Écrit par Valérie Desjardins

25 mars 2022

L’arrivée du printemps, du soleil et du beau temps me donne envie de consommer. Est-ce normal? Évidemment! Dans cet article, je t’explique comment le beau temps, bien qu’il soit grandement inspirant, peut avoir un énorme impact sur la consommation et la santé mentale. Autrement dit, oui le printemps fait du bien, mais il peut aussi être dévastateur pour bien des gens qui ont changé leurs habitudes de consommation au courant de l’hiver. Je te donne aussi des outils pour t’aider à traverser cette période de façon à ce que tu puisses réellement aller chercher ce dont tu as besoin du printemps, soit son soleil, sa lumière et son renouveau.

Les impacts positifs du printemps sur l’humeur

À l’automne, le changement d’heure, le gris et la pluie peuvent être des facteurs menant à la dépression saisonnière.  À l’inverse de l’automne, le printemps a un impact positif sur l’humeur et la santé mentale en général. En effet, au printemps, c’est le retour du bonheur et de la motivation.

Tu sais, cette frénésie ressentie d’aller sur une terrasse, même s’il ne fait pas 10 degrés Celsius encore? De manger ton diner dehors avec tes collègues pour prendre un bain de soleil? De faire le ménage de ta environnement, de ta voiture? Le printemps donne vraiment l’impression de revivre.

Il existe un lien réel entre troubles psychologiques, météo et saisons. Au printemps, l’augmentation de la lumière favorise la sécrétion de sérotonine (hormone associée au bienêtre). Après être resté chez soi tout l’hiver, le fait de sortir davantage à l’extérieur en profitant des rayons de soleil procure de la vitamine D et réduit les risques de détresse qui surviennent lorsqu’on est encabané. Or, le printemps est également rassembleur. Le fait de se connecter davantage aux autres contribue également à l’amélioration de l’humeur.

Quand le printemps devient source de stress

Le printemps n’est pas synonyme de bonheur pour tous. Au contraire, il peut être une importante source de stress. L’arrivée du soleil, de la lumière, l’allongement des journées, les activités extérieures, les rassemblements, les BBQ, les terrasses, la chaleur et j’en passe, peuvent être des facteurs de risque importants pour les personnes aux prises avec une dépendance. De plus, cette frénésie peut également engendré de la détresse, particulièrement chez les personnes qui souffrent de problème de santé mentale. En effet, l’arrivée du beau temps peut influencé la pression qu’on se met pour se sentir mieux, ce qui peut malheureusement procuré l’effet contraire. Autrement dit, même si le beau temps augmente la sécrétion de sérotonine, le sentiment de bienêtre et de motivation, le printemps pour rapidement tourner au vinaigre pour certains.

Peut-être te reconnais-tu? Tu ne veux pas voir le soleil, car cela te rappelle que tu ne vas pas bien? Tu ne mets de la pression à te sentir mieux pour avoir l’impression de profiter du beau temps? Tu te sens mieux lorsque le printemps arrive, mais tu ne te donnes pas le droit, car tu sais que tu peux te placer en terrain glissant. Tu ressens de la frustration à l’arrivée du printemps, quand tu vois les gens sur les terrasses, quand tu entends les voitures avec la musique dans le tapis, quand tu vois les gens qui lavent leur voiture? Tu vis un inconfort énorme, car tu sais que dans de tels contextes, la consommation est fortement invitée et accueillie; comme si printemps ne vient pas sans elle?

Dès lors, tu as des souvenirs du passé qui te ramène à ta consommation. La soif se fait ressentir. Toutes les occasions déclenchent des envies de consommer. Tu te sens incompris par tous ces gens qui consomment devant toi. Tu vis une profonde injustice. Tu aimerais bien, toi aussi, être capable de prendre un verre sur une terrasse pour profiter du printemps. Le printemps est source de stress pour toi. Tu n’es pas seul.

Le printemps et les risques de rechute

Pour toutes ces raisons, le printemps peut impliquer des risques de rechute. En effet, tous ces éléments déclencheurs s’accompagnant à un sentiment de bien être peuvent te donner l’idée que tu peux consommer avec modération, tu peux juste prendre un verre. Mais au font de toi, tu le sais que si tu sautes la clôture, tu ne pourras plus t’arrêter. Malgré le retour du soleil, tu retrouveras ton obscurité. La rechute, elle s’installe insidieusement et en plusieurs étapes, mais tu peux la prévenir. Sachant que tu es plus à risque au printemps de rechuter, tu peux mettre en place les conditions nécessaires pour faciliter cette transition et pour profiter toi aussi d’un printemps ressourçant.  Et si tu rechutes, tu peux consulter cet article pour savoir comment te relever : comment gérer une rechute. 

Prépare-toi au printemps!

Sachant que le printemps agit comme déclencheur des envies de consommer pour toi, prépare-toi! Le but n’est pas de t’isoler, d’éviter les évènements, de ne pas rencontrer les personnes importantes pour toi, de ne pas profiter du soleil. Au contraire, cela pourrait avoir un effet encore plus dévastateur sur toi et te mener vers la rechute de toute façon. Le but est que tu puisses tout faire ça, en accueillant tes envies de consommer et retirant le maximum de bienfaits.

Voici un petit guide en étapes pour y arriver

1 – Apprends à observer tes envies de consommer (situations, pensées, émotions, sensations corporelles);

2-  Arrête-toi! Lorsque tes envies de consommer surviennent,  Prends un moment pour les conscientiser. Tenter de les éviter pourrait avoir l’effet inverse et les augmenter;

3 – Valide ton ressenti. Dis-toi que c’est normal, que le beau temps a cet effet sur la majorité des gens. Sois gentil(le) envers toi;

4 – Planifie tes évènements. Mets les chances de ton côté;

5 – Choisis un cocktail sans alcool, ton préféré!

6 – Fais-toi un plan d’urgence pour éviter la rechute;

7 – Pratique la gratitude. Chaque fois que tu te donnes le droit de profiter de la lumière du printemps, de son soleil et de son renouveau, et ce, même en présence de tes envies de consommer, soit reconnaissant(e) et surtout fier(ère) de toi.

À toi qui souffre à l’arrivée du printemps, je te souhaite sincèrement de pouvoir profiter pleinement de cette nouvelle saison, car on s’entend que de la lumière et du soleil, on en a tous fondamentalement besoin.

Besoin d’aide?

Vous aimerez peut-être

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *